This page in English
|

|| Agence || Conseil || Production || Management artistique || Galatea recrute || Références || Contact

Marie Vermeulin
Le Mot de l'artiste

Pourquoi avoir choisi la musique comme compagne de route ?

D'abord pour avoir le bonheur de côtoyer des grands chefs-d'oeuvre d'une richesse et d'une variété infinies. Ou plutôt d'abord pour avoir le plaisir de partager des moments magiques avec un public. Ou bien n'est-ce pas en premier lieu parce que j'aime travailler mon piano, chercher à comprendre une œuvre, tenter de percer ses mystères en la modelant jour après jour ? Quoique, en y réfléchissant bien, je me dis que c'est avant tout parce que la musique est comme une leçon de vie, elle me guide, elle me révèle parfois une partie de moi-même, et me permet d'exploiter des facultés variées et souvent oubliées au quotidien.

Finalement, c'est sans doute la somme de toutes ces raisons qui me permet de m'épanouir dans ce métier. Et si l'une disparaît un jour, je fais confiance aux autres pour prendre le relais aussitôt.

Pour toutes ces raisons aussi, je n'ai jamais souhaité me limiter à un répertoire en particulier. Le rêve absolu serait de pouvoir naviguer d'un répertoire à l'autre, et d'embrasser ainsi toutes les palettes du piano. D'un autre côté, rien ne me plait plus que de m'immerger dans l'œuvre d'un auteur en particulier, avec la volonté d'accéder à une connaissance plus profonde, plus juste, de son langage.

C'est dans cet état d'esprit que j'ai entrepris mon travail sur l'œuvre d'Olivier Messiaen il y a quelques années. Une musique tellement riche, dans laquelle chaque accord à sa propre couleur, et où l'innovation rythmique oblige à penser différemment le temps. Ce travail m'a également été précieux lorsque mes affinités m'ont orientée vers la musique de Debussy, elle aussi si imaginative sur le plan du son et du temps. Un Debussy qui a tant fasciné la plupart de ses successeurs que j'ai voulu comprendre pourquoi.

Pour mon dernier disque, j'ai choisi plusieurs œuvres reflétant trois périodes différentes de Debussy: Pour le piano, pièce charnière, et sans doute un de ses premiers chefs-d'œuvre, Estampes, œuvre de maturité dans laquelle on plonge totalement dans le style Debussy, et surtout les douze Études, œuvre audacieuse et d'une telle modernité encore cent ans après. Ces Études tour à tour distantes ou intimes, naïves ou piquantes, espiègles ou languissantes... La liste descriptive est longue et presque infinie, (Debussy se plaisant à changer d'humeur d'un instant à l'autre. Jouer ces Etudes, c'est un peu comme contempler devant soi la richesse de la nature humaine.)

Qui sait, peut-être mes cours de théâtre amateur, que je suis assidûment depuis plusieurs années, m'ont-ils offert quelques clés pour "jouer" ces différentes figures?

À présent, deux voies m'attirent particulièrement, parmi tant d'autres. D'abord, la création contemporaine, hélas souvent mal entendue par le grand public, et où l'interprétation a un grand rôle à jouer. En effet, un public qui entend une nouvelle pièce pour la première fois – sans pouvoir discerner le rôle décisif des choix de l'interprète – va plébisciter ou non l'œuvre du compositeur et parfois ce dernier, par extension. A contrario, personne n'aurait l'idée de rejeter toute l'œuvre de Ravel en entendant une mauvaise interprétation de Gaspard de la Nuit....

Parallèlement, et tout en gardant cette ouverture d'esprit, je sais que j'aimerais redécouvrir certaines pièces de Schubert, effleurer l'émotion indicible qui s'en dégage, et savourer leurs longues phrases interminables, en tentant de les livrer au public avec un maximum de sincérité et de simplicité.

Voir également

Agenda

Biographie

Programmes

Revue de presse

Audio

Site Internet de M. Vermeulin