This page in English
|

|| Agence || Conseil || Production || Management artistique || Galatea recrute || Références || Contact

Solenne Païdassi | Revue de presse

CD Szymanowski - Stravinsky : 5 Diapasons pour une valeur sûre du violon français

Maintien impeccable, archet ferme, sonorité chaude dans les graves et claire dans l'aigu, rare pureté de chant, tête manifestement bien faite. N'en jetez plus! Solenne Païdassi, lauréate du concours Long-Thibaud 2010, possède mieux que du style, un style. Après un premier disque plein de promesses, ce programme gravé pour Aparté confirme que nous tenons là une valeur sûre du violon français.
Voyons d'abord les Mythes de Szymanowski, fleuron de l'album. Le duo y déploie une immense variété d'effets sonores, de couleurs troublées et de dégradés dynamiques. Ses sortilèges nous transportent dans un monde érotico-onirique fascinant, dont les milles reflets irréels déstabilisent les sens. Le Divertimento et la Suite Italienne de Stravinsky y atteignent également des sommets. Ligne claire et tendue (mais néanmoins docile), sourires narquois et humour féroce, vitalité, entrain et haute tenue rythmique, Païdassi tranche dans le vif (au laser) - (...) mais quelle autorité ! Impressionnant.

Nicolas Derny (Diapason)
01/02/2015


CD Szymanowski - Stravinsky : CHOC de Classica !

Ces oeuvres ont tenté quelques grands noms, notamment Ida Haendel ou Vadim Repin pour le Divertimento, Lydia Mordkovitch et Itzhak Perlman pour le Divertimento et la Suite. Dans tous les cas Solenne Païdassi les égale si elle ne les dépasse. (...) 
Solenne Païdassi et Frédéric Vaysse-Knitter se montrent admirables en tous points. La jeune violoniste démontre à chaque instant une compréhension approfondie des oeuvres et une formidable imagination sonore et coloristique. Frédéric Vaysse-Knitter est pour elle un magnifique partenaire, tout particulièrement chez Szymanowski où son propre tempérament est à même de se libérer.

Jacques Bonnaure (Classica)
01/01/2015


CD Szymanowski - Stravinsky : aussi original que fantastique !

Solenne Païdassi et Frédéric Vaysse-Knitter nous livrent un enregistrement aussi original que fantastique. Solenne Païdassi exprime de manière juste l'obstination rythmique des thèmes folkloriques (Danses Suisses) et la légèreté du Scherzo et de la Variation, avec des portamentos discrets, mais très efficaces. Les mélodies de la Sinfonia et de l'Adagio sont d'une ampleur délicieuse. La célèbre Suite Italienne d'après Pulcinella est dominée à la fois par la grâce, la vivacité, et une touche de mélancolie. Les deux interprètes rendent ces musiques extrêmement vivantes, avec un accent approprié à chaque morceau, et les contrastes entre le calme et le vif sont réjouissants. La fluidité ensorcelante des deux premiers morceaux ainsi que les trilles du dernier créent effectivement des impacts nouveaux sous l'archet de Solenne Païdassi. Les deux artistes proposent ainsi un large éventail de sons et de jeux instrumentaux ingénieux.

Victoria Okada (ResMusica)
01/12/2014


Solenne Païdassi a marqué cette 20ème édition de la Folle Journée.

Jeune révélation, Solenne Païdassi sait allier la puissance des danses irlandaises à l’infinie subtilité que réclament les notes effleurées, les octaves frôlées. A ce degré de sensibilité, on ne joue plus, on chante du violon. Le sien vous emporte par vagues frissonnantes sur les nuits d’été 

(Ouest-France)
01/02/2014


CD "The Art of the Violin" (Franck, Saint-Saëns, Pierné, Massenet) : **** pour CLASSICA !

Avec une sonorité superbe (ne parlons pas de la technique qui, à ce niveau de qualité est parfaite), elle possède un sens du délié chic qui sert particulièrement bien Saint-Saëns – mais aussi la plus rare et si belle Sonate de Pierné où prévaut en plus un sens aigu du raffinement précieux de la sonorité.
Dans la Sonate de César Franck, elle semble préférer jouer la nuance que la puissance symphonique même dans le deuxième mouvement où l’on entend des choses extraordinaires comme ce ralentissement progressif entre le Poco piu lento et le Quasi lento. Pas d’emphase inutile donc, péché mignon des interprètes de Franck – et une belle référence à inscrire aux côté de Dumay-Collard (EMI) ou Ferras-Barbizet (DG).

Jacques Bonnaure (Classica)
01/06/2013


CD "The Art of the Violin" (Franck, Saint-Saëns, Pierné, Massenet) : dynamique, subtil, remarquable

Solenne Païdassi se distingue par son jeu à la fois dynamique et subtil. Peut-on considérer que son premier disque, consacré à trois grandes Sonates pour violon de la musique française de l’époque moderne, est une façon, pour la jeune violoniste, de revendiquer son appartenance à une lignée du violon franco-belge ? Quoi qu’il en soit, de bout en bout, l’interprétation est remarquable. Solenne Païdassi, par l’ampleur de sa sonorité, nous offre une grande variété de timbres et de nuances, rehaussant à chaque instant le plaisir de l’écoute. Sous son archet, des notes à longues valeurs, comme on en entend par exemple dans le «Recitativo Fantasia » de la Sonate de Franck ou dans la Méditation de Thaïs, font nettement penser à des respirations de chanteurs. Elle fait ressortir avec merveille le raffinement de cette musique, grâce à un large éventail de nuances, alliant des sentiments intimistes jusqu’à la grande explosion de bonheur.

Victoria Okada (Resmusica)
01/06/2013


Souplesse et générosité

Le triomphe de la lumière. La souplesse et la générosité de la soliste s'y expriment sans maniérisme dès l'entame. On s'y délecte d'une corde de mi affûtée et chaleureuse à la fois. Le violon plane ensuite au-dessus d'une élégante barcarolle et offre un éloquent discours dans le maestoso moderato, avec un souci de clarté jusque dans les arpèges fusants. 

(à propos du concert du 19 juin 2012 - Salle Erasme - Festival de Strasbourg avec l’Orchestre Sinfonia Varsovia, dirigé par Theodor Guschlbauer) 

Christian Wolff (DNA)
20/06/2012


Le coup de foudre

Au cœur du concert, le coup de foudre : la violoniste, Solenne Païdassi faisant chanter le fameux Concerto de Mendelssohn comme jamais on ne l'a entendu. Belle à voir et à entendre. Un archet féérique dans l'expression romantique. Une miraculeuse spontanéité alliée à une perfection technique.

(à propos du concert donné le 18 mars 2012, avec l'orchestre de Cannes, dirigé par Philippe Bender)  

(Nice Matin)
21/03/2012


Voir également

Agenda

Biographie

Programmes

Revue de presse