This page in English
|

|| Agence || Conseil || Production || Management artistique || Galatea recrute || Références || Contact

Edith Canat de Chizy
biographie

Après avoir poursuivi des études d’Art et d’Archéologie et de Philosophie à la Sorbonne, Edith Canat de Chizy obtient successivement six premiers prix au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, dont celui de composition, et s’initie à l’électroacoustique au Groupe de Recherches Musicales. Elève d’Ivo Malec, elle fait en 1983 la rencontre décisive de Maurice Ohana, à qui elle consacrera avec François Porcile une monographie en 2005 aux éditions Fayard.

Dans l’œuvre de cette violoniste de formation, qui comporte à ce jour plus de quatre-vingt dix opus, la musique concertante occupe une place de choix : Moïra, concerto pour violoncelle, primé en 1999 au Concours Prince Pierre de Monaco ; l’année suivante, Exultet, concerto pour violon créé en 1995 par Laurent Korcia, est nominé aux Victoires de la Musique ; Les Rayons du jour, concerto pour alto, est créé en 2005 par Ana Bela Chaves et l’Orchestre de Paris dirigé par Christoph Eschenbach.

Parmi ses œuvres marquantes, pour la plupart commanditées par l’Etat, Radio France, l’Orchestre de Paris, l’Ircam, des ensembles tels que Musicatreize, Solistes XXI, Nederlands Kamerkoor, Sequenza 9.3, Accentus, TM+…, on notera particulièrement ses pièces vocales, dont Canciones pour douze voix mixtes (1992), l’oratorio scénique Le Tombeau de Gilles de Rais (1993) – Prix jeune talent musique de la SACD en 1998 – le spectacle de Blanca Li Corazon loco monté au Théâtre National de Chaillot en janvier 2007, ses trois quatuors à cordes : Vivere (2000), Alive (2003), Proche invisible (2010), ses pièces pour orchestre dont Omen, créé en 2006 par l’Orchestre National de France, et Pierre d’éclair, créé en 2011 par l’Orchestre National de Lyon, ainsi qu’Over the sea, sa première œuvre avec électronique créée en mai 2012.

Elle a été plusieurs fois en résidence, notamment à l’Arsenal de Metz, auprès de l’Orchestre National de Lyon et au Festival de Besançon où sa pièce pour grand orchestre Times a été imposée à la finale du Concours International des Jeunes Chefs d’Orchestre 2009, et créée par le BBC Symphony Orchestra.

De nombreuses distinctions sont venues couronner son œuvre : Prix de la Tribune Internationale des Compositeurs (pour Yell, en 1990), Prix Paul-Louis Weiller de l’Académie des Beaux-Arts (1992), Coup de cœur de l’Académie Charles Cros pour son CD Moving, Prix Jeune Talent Musique de la SACD, plusieurs prix décernés par la SACEM dont le Grand Prix de la Musique Symphonique en 2004, ainsi que les grades de Chevalier des Arts et Lettres et Officier de l’Ordre du Mérite. Elue à l’Académie des Beaux-Arts en 2005, Edith Canat de Chizy est la première femme compositeur à être membre de l’Institut de France. Après avoir dirigé le Conservatoire du 15e arrondissement de Paris (1986-2001) et celui du 7e arrondissement (2003-2007), elle enseigne la composition au CRR de Paris depuis cette date.

En 2008, Edith Canat de Chizy est nommée Chevalier de la Légion d’Honneur.

Toute l’œuvre d’Edith Canat de Chizy est publiée aux éditions Lemoine.

En novembre 2015, Edith Canat de Chizy obtient le Grand Prix de l'Académie Charles Cros pour l'ensemble de son oeuvre à l'occasion de la sortie de son dernier CD Over the sea édité par le label Solstice. En novembre 2016, elle est à nouveau distinguée par l'Académie et reçoit le prix du président de la République pour l'ensemble de son oeuvre.